COMMUNIQUE DE TELEMA EKOKI DU 27/02/2018: « Halte aux meurtres et tortures des activistes des mouvements citoyens! »

COMMUNIQUE DE TELEMA EKOKI DU 27/02/2018: « Halte aux meurtres et tortures des activistes des mouvements citoyens! »

Monsieur Adolphe TSHUNZA MUTOMBO, militant du mouvement politico-citoyen TELEMA EKOKI arrêté le dimanche 25 février 2018 au quartier 3 de Kingasani, a été par acheminé le même jour à l’Ipkin (Inspection générale de la police de Kinshasa) où il a subi des tortures morales et physiques (coups et blessures) pendant 48 heures, pour avoir tout simplement participé à la marche pacifique des chrétiens du 25/02/2018 contre la dictature en RDC. Il vient d’être relâché ce mardi 27 février, après avoir été gravement blessé  à son œil droit et dans d’autres partie de son corps.

Le camarade Adolphe TSHUNZA MUTOMBO a été arrêté avec quatre autres activistes qui militent dans les mouvements citoyens, dont on ignore le lieu de détention à ce jour ainsi que le sors que les forces « du désordre » leur ont réservé.

rossy mukendiTELEMA EKOKI tient aussi à dénoncer, avec la dernière énergie, l’exécution extrajudiciaire de notre camarade et ami Rossy MUKENDI, cadre du  mouvement citoyen « COLLECTI 2016 », lâchement exécuté par la police tirant à balles réelles,  alors qui se trouvait à l’ intérieur de l’ enceinte de la paroisse Saint Benoit, à Kinshasa, toujours la matinée du 25 février 2018.

TELEMA EKOKI rappelle que les assassinats, les enlèvements et les tortures infligées aux   militants pacifiques des mouvements citoyens ne peuvent continuer à rester impunis.

La jeunesse congolaise revendique la vérité et la justice pour la R.D.Congo.

LOGO TELEMA

TELEMA EKOKI,

La voix du peuple

Publicités

#LeScan : « Jamais Kabila n’organisera le scrutin qui entraînera son départ »/VIDEO RTBF

 

https://www.rtbf.be/auvio/detail_lescan-jamais-kabila-n-organisera-le-scrutin-qui-entrainera-son-depart?id=2269385

LES IMAGES VIDEO FILMEES PAR LA TV BELGE RTBF, SUR LA REPRESSION VIOLENTE DU SIT-IN DE TELEMA EKOKI DEVANT L’AMBASSADE US A KINSHASA, A L’OCCASION DE LA REMISE D’UN MEMORANDUM ADRESSEE A NIKKI HALEY

 

RDC/RFI: une dizaine de jeunes arrêtés après des manifestations à Kinshasa

RDC: une dizaine de jeunes arrêtés après des manifestations à Kinshasa

TELEMA 36

Une dizaines de jeunes ont été arrêté lors de manifestations à Kinshsa dont l’un ses déroulée sur le campus de l’université le 18 octobre 2017.
© (CC)/Humprey J. L. Boyelo/Wikipédia

En RDC, les ONG de défense des droits de l’homme exigent la libération de plus d’une dizaine des jeunes arrêtés mercredi 18 octobre lors de deux manifestations.

L’une devant l’ambassade des Etats-Unis où des membres du mouvement citoyen TELEMA EKOKI, « Arrête et va-t’en ! » se sont rassemblés, et l’autre sur le campus de l’université de Kinshasa.

Une épreuve pour les dirigeants de la RDC après l’admission du pays au Conseil des droits de l’homme des Nations unies.

C’est une quinzaine de jeunes, tous membres de mouvements citoyens, qui seraient détenus au secret dans les installations des services des renseignements. Les ONG de défense des droits de l’homme exigent leur libération inconditionnelle.

« Nous sommes profondément préoccupés par l’enlèvement et la détention au secret de 13 membres de mouvements citoyens et aussi de l’enlèvement et de la détention au secret jusqu’à maintenant de deux militants, Marie-Joëlle et Simbo du mouvement citoyen Echa, Engagement des Congolais pour le changement, et de monsieur Dickson Mputu Dikassa qui est lui du mouvement Filimbi », a affirmé Georges Kapiamba, le coordonnateur de l’Association congolaise pour l’accès à la justice (Acaj).

Pour quelles raisons ces jeunes gens ont-ils été arrêtés ? Selon Georges Kapiamba, « ces jeunes ont organisé des manifestations pacifiques pour protester contre les 504 jours qui ont été annoncés comme délai supplémentaire par la Céni afin d’organiser les élections ».

De l’avis des défenseurs des droits de l’homme, les manifestations étaient tout à fait pacifiques. Mais, selon eux,  les agents de l’ordre et de sécurité ont usé de beaucoup de brutalité. Pour nombre d’observateurs, il s’agit un mauvais signal en provenance de la RDC qui vient d’être admise au Conseil des droits de l’homme des Nations unies.

http://www.rfi.fr/afrique/20171020-rdc-une-dizaine-jeunes-arretes-apres-manifestations-kinshasa?ref=tw

Kinshasa : des membres du mouvement Telema Ekoki arrêtés devant l’ambassade des États-Unis /LE COURRIER DE KINSHASA

courrier de kinshasa telema ekoki

Kinshasa : des membres du mouvement Telema Ekoki arrêtés devant l’ambassade des États-Unis

Mercredi 18 Octobre 2017 – 19:30
Dans le cadre de la campagne citoyenne « Je veux un nouveau président maintenant », lancée officiellement il y a deux semaines, les infortunés étaient allés déposer un mémorandum  à l’attention de l’ambassadrice des Etats Unis à l’ONU, Nikki Haley, dont la visite est prévue dans la capitale congolaise.

des jeunes du mouvement TELEMA EKOKI, devant l'ambassade américaine à Kinshasa.Des jeunes du mouvement politico-citoyen Telema Ekoki ont été violemment dispersés par des éléments de la police et de l’armée. Ces derniers, note-t-on, se sont rendus à l’ambassade des Etats Unis d’Amérique  à Kinshasa pour y déposer un mémorandum à l’attention de l’ambassadrice Nikki Haley,  attendue en République Démocratique du Congo le 21 octobre.

des jeunes du mouvement TELEMA EKOKI, devant l'ambassade américaine à Kinshasa.La dispersion des activistes de Telema Ekoki est intervenue aux alentours de 11 heures quand ils se sont retrouvés devant l’ambassade des États-Unis. Une douzaine d’entre eux a été interpellée et conduite à une destination inconnue jusqu’au moment où nous mettons sous presse.

Ces jeunes du mouvement politico-citoyen ont, par ailleurs, eu le temps de déposer leur mémorandum auprès de la responsable des Affaires politiques à la représentation diplomatique américaine, Mme Elisabeth E. Jaffee.

Pour échapper à l’arrestation, un membre de la coordination de ce mouvement, Cédric Mituntwa, aurait trouvé refuge à l’Intérieur de l’ambassade des États-Unis en RDC. Alors qu’un cameraman du magazine 2e Œil de communication, qui couvrait cette activité et présent sur le terrain, a vu sa caméra arrachée de force par des hommes en uniforme qui sont venus disperser les membres de Telema Ekoki. Dans ses premières déclarations, le mouvementqui a noté que ses membres ne faisaient qu’exercer pacifiquement leur droit à la libre expression, a exigé la libération immédiate de ces jeunes arrêtés dont l’intervention a été jugée trop musclée et en aucun rapport avec la manifestation sur le terrain, devant la représentation diplomatique des États-Unis à Kinshasa.

Lucien Dianzenza
Légendes et crédits photo : TELEMA EKOKI

Agence de presse Adiac Congo

http://www.adiac-congo.com/content/kinshasa-des-membres-du-mouvement-telema-ekoki-arretes-devant-lambassade-des-etats-unis

DES MANIFESTANTS DE LA CAMPAGNE « JE VEUX UN NOUVEAU PRÉSIDENT » DE TELEMA EKOKI ARRÊTÉS DEVANT L’AMBASSADE DES USA/ LE POTENTIEL

Écrit par P.M. le 19 octobre 2017. Publié dans Online Dépêches

Les jeunes de Telema Ekoki, devant l’Ambassade des USA

Une dizaine de jeunes ont été interpellés, hier mercredi 18 octobre à la mi-journée devant l’ambassade des Etats-Unis, à Kinshasa. Ils sont membres du mouvement politico-citoyen « Telema Ekoki » (entendez : Stop, c’est fini ! »), un mouvement opposé au maintien de l’actuel chef de l’Etat à la tête du pays après l’expiration de son mandat constitutionnel.

C’est dans le cadre de leur campagne dénommée « Je veux un nouveau président », que ces jeunes se sont retrouvés devant l’ambassade des USA pour déposer un mémorandum à l’attention de l’ambassadrice des USA à l’Onu Nikki Haley annoncée à Kinshasa pour le 21 octobre. En dépit du fait qu’ils ont réussi à déposer leur document entre les mains de Mme Elisabeth E. Jaffee, responsable des Affaires politiques à la représentation diplomatique américaine, ces jeunes ont été violemment dispersés par des éléments de la police déployés sur les lieux. Des interpellations ont été signalées. Un membre de la coordination du mouvement, Cédric Mituntwa, a trouvé refuge à l’intérieur de l’ambassade pour échapper à l’arrestation. Sur place, la caméra de l’agence de communication 2ème Œil a été arrachée par les forces de l’ordre.

Dans leur mémo, le mouvement « Telema Ekoki » appelle notamment l’ambassadrice Nikki Haley à soutenir le peuple congolais au nom du principe de l’ingérence humanitaire, afin que la RDC puisse devenir, enfin, un Etat de droit, une vraie démocratie où le principe de l’alternance démocratique est respecté. 

« Notre mouvement vous demande d’être l’ambassadrice du peuple congolais auprès du président Donald Trump et auprès du Conseil de sécurité des Nations unies, pour qu’ils soutiennent ce peuple meurtri, appelé bientôt à se mobiliser contre un système d’asservissement et une armée au service des intérêts d’un individu qui continue à humilier tout un peuple… », note-t-on.

« Nous voulons un président maintenant », est une campagne qui revendique le rôle actif du souverain primaire. « Nous voulons un président maintenant, parce que l’actuel, illégal et illégitime, prive le peuple congolais, et plus particulièrement la jeunesse, de toute opportunité et de tout espoir d’un futur meilleur. Nous ne voulons pas nous accommoder de la médiocrité des dirigeants actuels, dont le seul souci est l’enrichissement personnel au détriment du développement de toute une nation », note-t-on dans le mémorandum.

https://www.lepotentielonline.com/index.php?option=com_phocadownload&view=category&id=4&Itemid=681

LE POTENTIEL 181017

 

Des jeunes de Telema Ekoki dispersés et arrêtés devant l’ambassade des USA / TIMES.CD

TIMES.CDLes jeunes du mouvement citoyen telema ekoki

Les jeunes du mouvement citoyen telema ekoki

Des jeunes de Telema Ekoki dispersés et arrêtés devant l’ambassade des USA

La République démocratique du Congo est désormais membre du Conseil des droits de l’homme des Nations-Unies. De ce fait, elle doit faire preuve d’un État exemplaire en matière du respecte des droits de l’homme. Mais tel n’a pas été le cas ce matin devant la représentation américaine à Kinshasa.

En effet, des jeunes du mouvement politico-citoyen Telema Ekoki se sont rendus, ce mercredi 18 octobre, à l’Ambassade des USA à Kinshasa, pour y déposer un mémorandum à l’attention de Nikki Haley, ambassadrice des USA à l’ONU, qui doit arriver à Kinshasa le 21 octobre en cours.

Ces jeunes ont été violemment dispersés par des éléments de la police et de l’armée.

C’est, en effet, vers 11h15′ que ces Congolais se sont retrouvés devant l’Ambassade des Etats-Unis à Kinshasa. Ce, toujours en marge de la campagne citoyenne « Je veux un nouveau président », lancée officiellement il y a deux semaines.

Une douzaine d’entre eux ont été interpellés et conduits à une destination inconnue. Les jeunes de TELEMA EKOKI ont eu le temps de déposer à Mme Elisabeth E. Jaffee, responsable des Affaires politiques à la représentation diplomatique américaine, un mémorandum à l’intention de Mme Nikki Haley, Ambassadeur des USA à l’ONU.

Un membre de la coordination de Telema Ekoki, M. Cedric Mituntwa, a trouvé refuge à l’intérieur de l’Ambassade pour échapper à une arrestation.

Un cameraman du Magazine 2e Œil de communication présent sur place, a vu sa caméra être arrachée de force par des hommes en uniforme venus disperser la mobilisation pacifique.

TELEMA EKOKI demande la libération immédiate des jeunes arrêtés par les policiers et les militaires intervenus d’une manière très musclée devant la Représentation diplomatique des États-Unis à Kinshasa, alors que ces jeunes de ne faisaient qu’exercer pacifiquement leur droit à la libre expression.

Voici l’intégralité de ce mémo adressé à Nikki Haley

MEMORANDUM A L’INTENTION DE MADAME NIKKI HALEY, AMBASSADEUR DES USA À L’ONU

 

  1. Le 29 mars 2017, en pleine discussion aux Nations Unies sur la crise politique, économique et institutionnelle qui secoue violemment la République Démocratique du Congo, vous avez dénoncé, Madame l’Ambassadeur, par une phrase simple et brève, le drame que vit en ce moment le peuple congolais ; vous avez dit qu’en RDC il y a « un gouvernement corrompu et prédateur de son peuple ».
  2. Les congolais ont aimé votre franchise et votre courage de dénoncer, haut et fort, la gravité de la situation d’un pays où tout un appareil étatique est tourné contre les intérêts et le bien-être de son propre peuple !
  3. En effet, l’état congolais est devenu un Léviathan, aux commandes d’un seul homme, qui se nourrit du corps de ses fils…
  4. La raison de l’engagement des femmes et des hommes qui militent dans le mouvement politico-citoyen « TELEMA EKOKI » pourrait se résumer simplement comme suit : les citoyens de  la RDC sont victimes d’une situation de non-droit qui caractérise aujourd’hui le Congo-Démocratique où un pouvoir despotique et incompétent a pris tout un peuple en otage, sans aucune forme de ‘accountability’ et surtout continuant à piller les ressources de ce pays, aggravant chaque jour un peu plus le paradoxe d’un pays très riche en ressources naturelles mais aussi le plus pauvre au monde en termes de revenu per capita et d’indices de développement humain.
  5. Les jeunes et les élites résistances qui composent notre mouvement ont lancé, il y a quelques semaines, une campagne citoyenne, centrée sur un message, comme le vôtre, bref et clair : « Nous voulons un nouveau président maintenant ! ».
  6. TELEMA EKOKI revendique le rôle actif du souverain primaire, qui doit pouvoir exprimer son mécontentement envers des dirigeants inconscients qui ont confisqué le pouvoir d’état par la force et la répression politique. Sous d’autres cieux, cette confiscation de pouvoir s’appelle, tout simplement, dictature…
  7. Ces dirigeants, à la tête desquelles se trouve M. Kabila, voudraient priver les congolais de leur droit à la libre expression, à manifester pacifiquement ainsi que de leur droit à protester contre un régime dont le bilan est largement négatif en termes de développement social, économique, sécuritaire et qui pratique une politique « autiste » sur le plan diplomatique. Il sied de souligner que la grave crise qui frappe la RDC constitue aussi une menace pour la sécurité internationale, comme le Conseil de Sécurité de l‘Onu ne cesse de le souligner dans toutes ses résolutions en rapport avec la RDC.
  8. Pourtant le peuple congolais, en tant que souverain primaire, a le droit de se choisir ses propres dirigeants, de revendiquer la bonne gestion de son pays et de dénoncer, par tous les moyens démocratiques, la corruption endémique qui mine la gouvernance du régime actuel, d’autant plus que les représentants du peuple ont simplement démissionné de leur rôle de contre-pouvoir, ne se gênant pas d’occuper des fonctions électives pour lesquelles ils n’ont plus de mandats depuis des années. D’où la campagne lancée par TELEMA EKOKI : « Je veux un nouveau président maintenant. »
  9. « Nous voulons un nouveau Président maintenant ! », car l’actuel, illégal et illégitime, prive le peuple congolais, et plus particulièrement la jeunesse, de toute opportunité et de tout espoir d’un futur meilleur. Nous ne voulons pas nous accommoder de la médiocrité des dirigeants actuels, dont le seul souci est celui de l’enrichissement personnel au détriment du développement de toute une nation.
  10. “Nous voulons un nouveau Président maintenant ! », car le peuple congolais mérite mieux : il mérite d’avoir de quoi manger, d’avoir accès à l’énergie, d’avoir de quoi scolariser les enfants, d’avoir accès aux soins de santé, de jouir de ses droits humain les plus fondamentaux dont le droit à la vie, à la libre expression et le droit de choisir ses propres dirigeants, sans remplir ses prisons/mouroirs de prisonniers politiques comme nos leaders de l’opposition Eugène Diomi NdongalaJean-Claude MuyamboEric Kikunda, Firmin Yangambi et tant d’autres, au point que la RDC est devenue une immense prison à ciel ouvert.
  11. « Nous voulons un nouveau Président maintenant ! » car les conditions de vie inhumaines, humiliantes et dégradantes imposées au peuple congolais par ses dirigeants, dans un pays si riche, révoltent et nous ne savons plus continuer à nous taire sans nous rendre coupables de non-assistance à personne en danger.
  12. « Nous voulons un nouveau Président maintenant ! », car la RDC est devenue, depuis une vingtaine d’années, un pays en proie à la violence, où personne n’est plus en paix : des guerres sont déclenchées et utilisées dans une stratégie du chaos, avec leurs lots de morts en masse et de déplacements des populations, faisant aujourd’hui du Congo un des pays ayant le plus grand nombre de déplacés internes au monde.
  13. « Nous voulons un nouveau Président maintenant ! », car les assassinats ciblés des personnalités politiques, des journalistes, des magistrats, des religieux, des médecins, des défenseurs des droits de l’homme… comme des citoyens ordinaires sont devenus courants et banalisés.
  14. « Nous voulons un nouveau Président maintenant !», car le Congo dit « Démocratique » a besoin d’être correctement représenté dans le concert des nations et de ne pas servir d’espace pour le blanchissement d’argent sale ou pour couvrir des activités des mouvements terroristes comme le Hezbollah [Fox News].
  15. « Nous voulons un nouveau Président maintenant ! », car les potentialités du Congo sont étouffées par l’absence d’un leader visionnaire et empathique, ayant un projet économique partagé avec l’ensemble du peuple congolais et capable d’assurer la bonne gestion de ce grand et beau pays ;
  16. « Nous voulons un nouveau Président maintenant ! », car la Justice est réduite au rôle de simple instrument de répression politique et elle n’existe plus en tant que pouvoir indépendant en République Démocratique du Congo ;
  17. « Nous voulons un nouveau Président maintenant ! » car la RDC n’est pas un bien privé qu’on acquiert en héritage de père putatif en fils : elle appartient à son peuple !
  18. « Nous voulons un nouveau Président maintenant ! » car nous rêvons d’un Congo ouvert au monde, un rêve irréalisable avec un président de facto qui ignore les intérêts supérieurs du peuple congolais et qui ne prouve, envers ce peuple, aucune forme d‘empathie.
  19. « Nous voulons un nouveau Président maintenant ! » car nous n’avons pas confiance en la capacité des anciens seigneurs de guerre de développer le Congo ; excepté si l’on veut voir les fosses communes se multiplier par centaines et assister à l’appauvrissement endémique et à la chosification des congolais dans leur propre pays !
  20. « Nous voulons un nouveau Président maintenant ! » car les autorités en place exacerbent chaque jour un peu plus leur comportement prédateur au détriment du contribuable congolais (le détournement de l’argent destinée à l’organisation des élections, l’affaire des passeports et de permis de conduire congolais, pour ne citer que ces scandales les plus récents).
  21. « Nous voulons un nouveau Président maintenant ! » car, en dehors de quelques quartiers du centre-ville de Kinshasa, le Congo se meurt et régresse depuis 20 ans, aussi bien en termes d’infrastructures de base que de salubrité. Le temps du changement est arrivé !
  22. Madame l’Ambassadeur, notre sit-in organisé le 18/10/2017 devant l’Ambassade des Etats-Unis en R.D.C n’est que le démarrage d’une série d’actions de mobilisation des congolais annoncées afin qu’ils résistent, conformément à l’art. 64 alinéa 1 de la Constitution, à toute tentative d’instauration d’une dictature totalitaire au Congo-Kinshasa.
  23. Pour ce faire, notre mouvement TELEMA EKOKI vous demande d’être l’ambassadrice du peuple congolais auprès du Président Donald Trump et auprès du Conseil de Sécurité des Nations Unies, pour qu’ils soutiennent ce peuple meurtri, appelé bientôt à se mobiliser contre un système d’asservissement et une armée des au service des intérêts d’un individus qui continue à humilier tout un peuple et à bafouer tous les appels à la raison lui adressés par la communauté internationale.
  24. Ce gouvernement, que vous-même vous avez défini comme « prédateur de son peuple », n’a jamais représenté les intérêts du peuple congolais car ses animateurs sont au service exclusif d’un président « de facto », dont la seule ambition est celle de se pérenniser au pouvoir, avec toutes sortes de subterfuges politiques et pseudo – juridiques, et continuer à s’enrichir au détriment de tout un peuple. Voilà pourquoi nous soutenons le principe des sanctions qui touchent tous les responsables des souffrances de notre peuple, y compris le Président Kabila lui-même, ainsi que sa famille.
  25. Nous sommes convaincus, Madame l’Ambassadeur, que vous accepterez de soutenir le peuple congolais, au nom du principe de l’ingérence humanitaire, afin que la RDC puisse devenir, enfin, un état de droit, une vraie démocratie où le principe de l’alternance démocratique est respecté et, surtout, un pays en voie de développement où l’argent du contribuable congolais n’est plus détourné mais employé pour l’éducation, la santé et l’épanouissement de ses enfants.
  26. Bref, nous rêvons d’un Congo qui ne soit plus présenté comme un trou noir sur le plan humanitaire, sécuritaire, économique et social au cœur de l’Afrique ; nous rêvons d’un Congo-démocratique et respectueux des Droits de l’Homme, pour être digne de siéger au Conseil des Droits de l’Homme à Genève, ce qui n’est pas encore le cas aujourd’hui, comme vous avez bien voulu mettre en exergue dans vos prises de positions, à ce sujet, au sein des Nations Unies. Nous vous prions, Mme Haley, de vous tenir aux côtés du peuple congolais, pour qu’il puisse, après des décennies de guerres, massacres et mauvaise gouvernance, commencer finalement à assurer la paix, la prospérité et la grandeur pour son pays.

Fait à Kinshasa, le 18/10/2017

TELEMA EKOKI,

Mouvement Politico-Citoyen