L’Afrique est le futur de l’Europe comme l’Europe est le futur de l’Afrique

Europe-Afrique

L’Afrique est le futur de l’Europe comme l’Europe est le futur de l’Afrique.

M. Kabila ne peut bloquer le droit à la libre circulation des congolais entre les deux continents à cause de son souverainisme daté et ombrageux, qui se solde par l’impossibilité, pour les citoyens congolais, d’obtenir un visa pour l’Europe, après la fermeture imposée de la Maison Schengen.

 

Résultat de recherche d'images pour "CHAUDRONS DE SORCIÈRE"La République Démocratique du Congo traverse une impasse politique dangereuse, consécutive à la faiblesse du leadership de M. Kabila, qui impose à notre pays une démarche isolationniste, centrée sur les stratégies fétichistes qu’il concocte dans les chaudrons de sa lugubre ferme de Kingakati, dans l’objectif inavouable de confisquer le pouvoir d’état par la force et faire de ce grand pays au cœur de l’Afrique sa « plantation personnelle ».

 

Même les signaux de décrispation politique les plus faciles à lancer, comme la libération des prisonniers politiques cités nommément par le Ch.5 de l’Accord de la Saint Sylvestre, restent un obstacle infranchissable par ce régime de l’imposture, qui affectionne la répression politique au plus haut niveau, au point de considère le rétablissement de la justice comme une faiblesse, ne respectant jamais les engagements librement souscrits.

Son Éminence le Cardinal Monsengwo Pasinya a fait sienne une image chère à  Telema Ekoki: la RDC est réduite au stade d’immense « prison à ciel ouvert ».  Les congolais, actuellement, sont privé du droit de circulation en Europe à cause de la diplomatie ombrageuse de M. Kabila, qui n’a pas peur de jeter « l’enfant avec l’eau sale » , pourvu qu’il puisse continuer à tonner dans le vide sur la scène internationale.

Telema Ekoki ne peut que soutenir, comme la majorité du peuple congolais, la « Révolution pacifique des Rameaux » initiée par l’Église Catholique et le Comité Laïc de Coordination, afin de dire « non » au délire de puissance absolue qui semble aveugler le président de fait de la République Démocratique du Congo, un pays en pleine débâcle économique et sécuritaire, où règne la loi de la jungle.

Un pays dépourvu d’infrastructures, à cause de la léthargie et de la boulimie de richesse des actuels dirigeants et qui a un besoin vital d’investissements et d’amélioration du climat des affaires. Malheureusement, dans la nouvelle jungle kabiliste, l’insécurité juridique bat tous les records, pas seulement polluant dangereusement le climat des affaires mais aussi et surtout anéantissant la sécurité des biens et des personnes.

Cela ne semble pas inquiéter le « Raïs » qui, après des années de silence, se découvre un humour noir logorrhéique à l’occasion de son dernier monologue devant la presse. Le message subliminal est clair: il est prêt à mettre l’Afrique Centrale à feu et à sang, pourvu qu’il demeure le Jupiter de Kingakati.

Des nouveaux anticorps se battent contre les virus qui tuent ce malade en phase terminal appelé RDC: des dignes filles et fils du Congo, qui croupissent en prison depuis des années, pour avoir dit « non » au système de prédation politique et économique que M. Kabila a instauré en RDC; les citoyens, toutes tendances politiques confondues, qui défient l’armada postée en position de tir devant les églises; l’élite catholique, protestante et dernièrement aussi musulmane, qui, dans sa nouvelle posture œcuménique et citoyenne, ose tenir tête au dictateur pour revendiquer les droits inaliénables du peuple congolais.

Faut-il s’attendre à une normalisation de la vie politique dans ce pays?

Rien ne le laisse présager.

Le Comité laïc, l’Église catholique, doivent continuer à maintenir la pression, défier l‘armée de mercenaires qui a déclaré la guerre au peuple congolais et continuer dans sa mission prophétique qui tire sa sève revigorante de la théologie de la libération, la théologie du peuple, chère au Saint Père François et, plus en général, de la théologie politique africaine.

Le Congo a besoin d’une deuxième indépendance, certainement de l’emprise prédatrice des multinationales mais aussi et surtout de l’élite africaine corrompue, qui veut dominer sur l’homme africain, s’alliant à ceux qui l’exploitent, plutôt que l’émanciper, le libérer du joug de la paupérisation et l’ouvrir au monde.

Les gravissimes violations des droits de l’homme en RDC dépassent même notre capacité à les énumérer toutes et à les condamner, en masse.

Terre de massacres, terre où la vie n’a plus de valeur, la RDC a besoin d’une révolution moralisatrice, qui remplace le système de antivaleurs prôné par ses dirigeants.

C’est un combat que la RDC ne peut mener seule: elle a besoin des autres leaders africains qui doivent hausser le ton face aux massacres à grande échelle qui endeuillent notre pays, frappé par la plus grande crise humanitaire au monde. Mais nous avons besoin aussi de l’Europe qui est, géographiquement et culturellement, la plus proche et la plus intéressée au déclenchement d’un vrai développement de l’Afrique Centrale.

Le vieux continent, dans la construction de sa nouvelle identité commune, a besoin de l’Afrique comme l’Afrique a besoin de l’Europe en termes d’échanges, de transferts de technologie, de connaissance ainsi que de commerce.

L’établissement d’une relation plus saine entre l’Afrique et l’Europe passe aussi par la libération du géant congolais de la dictature autiste installée dans ce pays depuis des décennies.

Le peuple congolais compte sur l’ambition de l’Europe à mener enfin sa propre politique étrangère, pour viser ses vrais intérêts à moyen et long terme.

La RDC ne peut être mise à l’écart dans cette dynamique, dans l’intérêt réciproque aussi bien du Congo que de l’Union Européenne.

Au moment où un régime politique décadent et myope se cloître dans un souverainisme de façade, privant les citoyens de la liberté de circulation, le peuple congolais, quant à lui, demande à l’Europe de le soutenir dans son élan vers l’émancipation d’une tyrannie centrée sur la recherche du pouvoir pour le pouvoir, l’enrichissement personnel des dirigeants et l’anéantissement de l’État qui en découle.

Les congolais sont debout: le futur de l’Europe étant l’Afrique, le vieux continent ne peut ignorer son appel de détresse

LOGO TELEMA

TELEMA EKOKI

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s