JOSEPH KABILA EST PRÊT A TRANSFORMER LA R.D.CONGO EN UN ABATTOIR, POURVU QU’IL SE MAINTIENNE AU POUVOIR: PLUS DE 12 MORTS, UNE CENTAINE DE BLESSES, 69 ARRESTATIONS ET 16 BÉBÉS INTOXIQUES AU GAZ LACRYMOGÈNE A LA MATERNITE DES SŒURS DE BINZA, SELON LE BILAN PROVISOIRE DE LA RÉPRESSION VIOLENTE DE LA MARCHE OEUCUMENIQUE, CITOYENNE ET NATIONALE DU 21 JANVIER 2018

entete 21 janvier 2018

Les catholiques, les protestants, les musulmans congolais ont marché, au péril de leur vie, pour revendiquer leur dignité de femmes et hommes libres, ce 21 janvier 2018, dans une marche chrétienne devenue, par la suite, œcuménique, citoyenne et nationale.

Le premier bilan de la répression violente est très lourd: selon des sources de l’Église Catholique et de la Mission de l‘Onu au Congo, Monusco en sigle, il y aurait déjà 12 morts fauchés par des balles réelles tirées à bout portant contre les manifestants pacifiques, une centaine de blessés et plus de 69 arrestations. Certains corps ont été emportés dans des camions militaires et ils seront jetés dans le fleuve Congo ou bien ensevelis anonymement dans des fosses communes, comme les forces du désordre ont l’habitude d’opérer pour d’effacer les traces de leurs crimes.

kabatansthi tue le 210118

kabatansthi 2 tue le 210118

KABATANTSHI Isaac, abattu par la GR sur le boulevard Lumumba à Kingasani, quartier 3 au coin de l’avenue Basoko. Père de sept enfants dont un bébé de trois mois, Mr Kabatansthi est un combattant qui prenait pacifiquement part à la marche du 21 janvier organisée par le CLC. Ayant pris part à la messe à la paroisse saint Marc de Kingasani, Isaac s’est éteint à la suite d’une fusillade de la GR venue appuyée la police qui était débordée et ne savait plus arrêter l’élan et l’engagement des habitants de la Tshangu.

 

kabatansthi 3 tue le 210118

C’est le cas d’un sympathisant de TELEMA EKOKI Isaac KABATANTSHI, un homme de 42 ans tué par balle ce 21 janvier 2018, au niveau de l’Avenue Lubua, sur le Boulevard Lumumba, à Kinshasa, dont le corps sans vie a été emporté par des militaires, contre la volonté de son père, présent sur place.

Une jeune fille de 22 ans, Thérèse Mwanza a été tuée, à bout portant, à l’intérieur de l’Eglise Saint François de Kitambo, alors qu’un jeune élève de 15 ans a été blessé à la tête, à Lemba, toujours à l’intérieur d’une Eglise.

THERESE TUE A SAINT FRANCOIS
Paix éternelle à cette jeune fille, Thérèse Mwanza Kapangala (Dechade), 22 ans. Elle était aspirante religieuse et devait porter son foulard de sœur en juillet de l’année en cours. Elle a été tuée d’une rafale de mitraillette ce 21 janvier 2018 dans la Paroisse Saint François de la Sales de Kitambo en marge de la marche pacifique des chrétiens. Elle était fille d’un policier!

therese morte a kitambo

BEBE

16 nourrissons de la Maternité des Sœurs de Binza, qui se trouve à coté de l’Église du Saint Sacrement de Delvaux, à Kinshasa, ont été gravement intoxiqués par le lancement, à l’intérieur de la maternité, de 8 gaz lacrymogènes, lancé d‘une manière criminelle et incontrôlée par les forces du désordre: la vie de 16 bébés intoxiqués a été mise gravement en danger et un nourrisson a du être réanimé, son pronostique vital restant encore engagé.

BINZA

La marche des Chrétiens à Binza Delvaux avec lancement de gaz lacrymogène dont 8 cartouches ont touché la maternité de Soeurs de Binza

Pour TELEMA EKOKI, Le pouvoir sanguinaire et liberticide a décidé de transformer la ville de Kinshasa en un enfer déjà la veille de la deuxième marche des chrétiens, ce 20 janvier 2018.
Des check points érigés un peu partout ont paralysé la ville de Kinshasa, créant des embouteillages monstrueux et une circulation tellement anarchique et incontrôlée que des graves accidents mortels de circulation sont survenus, comme celui d’un taxi bus à Ngaba, à Kinshasa, qui a provoqué la mort de 16 passagers.
Les kinois ont subi des fouilles, pendant des heures, accompagnées des vols habituels d’argent et téléphones portables: c’était un exemple de plus de la « chosification » des congolais dont les forces du désordre affectionnent l‘exercice, avec le but d‘imposer un climat de peur et de terreur. Les policiers bloquaient les véhicules en n’importe quelle position dans les avenues de la capitale, complètement indifférents aux files monstrueuses de véhicules qui se formaient derrière eux.

Le Pasteur Efoko de l’Église de christ au Congo n’a-t-il pas dit qu’il n y a plus d’État en RDC ? Et pour avoir dit la vérité sur la situation catastrophique de la RDC, lors de la dernière prêche à la Cathédrale du Centenaire, le doyen de la Faculté de Théologie de l’Université protestante est obligé d’entrer dans la clandestinité pour se protéger des menaces de mort.

Que cherchaient-ils au juste?

Les bibles, les chapelets ou bien les croix que les chrétiens allaient arborer le lendemain, telles des armes de « destruction massive », pendant la marche interdite des chrétiens qui revendiquent pacifiquement leur liberté? Probablement, comme est-il aussi possible que ces barrages généralisés dans une ville de 10 millions d’habitants visaient à arrêter les prêtres, les opposants qui ont soutenu publiquement la marche et surtout les membres du Comité Laïc de Coordination, le groupe d’intellectuels chrétiens catholiques qui ont appelés les congolais à marcher, encore une fois, le 21 janvier 2018, pour exiger la décrispation politique, et qui sont tous, à leur tour, sous le coup de mandats d’amener après avoir revendiqué la libération des prisonniers politiques et l’exercice du droit à manifester, confisqué arbitrairement en RDC depuis des années.

Ce 21 Janvier 2018, les congolais se sont réveillé au son des cloches à 6h30, alors que le régime Kabiliste, pour le deuxième fois en trois semaine, venait de couper complètement l’internet, sur l’ensemble du territoire national: « Silence, on tue ! ».

Les messes ont été dites très tôt le matin et les congolais ont affloué nombreux dans les paroisses, malgré le déploiement massif de militaires lourdement armés devant les portails des églises.
Les chrétiens de l’Église Saint Joseph de Matonge se sont mis en exergue par leur héroïsme: malgré les menaces et les tirs à balles réelles qui ont blessé au moins 12 paroissiens, ils ont marché, nombreux, arborant les enseignes sacrées: les uns les croix, les autres les chapelets ou bien les bibles. Des chants liturgiques ont défié les tirs incontrôlés de gaz lacrymogènes mais, malgré la violence incompréhensible et incontrôlée des militaires apostés en position de tir devant eux, les chrétiens de Saint Joseph ont marché, les abbés et les sœurs en première ligne, pour dire NON à M. Joseph Kabila, l’autocrate barbare qui souille les tabernacles, qui tues les chrétiens, pourvu qu’il confisque le pouvoir par la force.

A l’Église Saint Augustin la même scène héroïque s’est reproduite, avec les chrétiens catholiques en procession, dont beaucoup ont été blessés (plus de 10) alors qu’ils marchaient avec des branches de palmiers à la main, en chantant des hymnes sacrés.

Dans certaines églises les chrétiens ont été séquestrés à l’intérieur des paroisses, pendant des heures sans possibilité d’en sortir, comme à l’Église Saint Luc, afin qu‘ils ne marchent pas.

A l’Église Saint François de Kitambo une jeune fille de 22 ans a été tuée par balle à l’intérieur de l’Église alors qu’à Lemba, une jeune homme de 15 ans a été gravement blessé à la tête toujours à l’intérieur pas loin de l’autel.

Mais selon les membres de TELEMA EKOKI participant à la marche dans les quartiers très populaires de Masina, Kimbanseke et Kingasani, surtout près du marché de la Liberté, la force brute des Bana Moura n’a pas réussi à freiner les habitants déterminés de ces quartiers périphériques de la capitale congolaise.
A Limete aussi, près de l’ Échangeur, un bastion de l’opposition politique à Kinshasa, la population à marché pour revendiquer son droit de souverain primaire suspendu depuis septembre 2016.

A Lubumbashi, Kisangani, Goma et Beni et bien d’autres villes les congolais ont aussi affronté la répression brutale, manifestant pacifiquement au péril de leur vie.

Malgré la coupure total de l’internet et des SMS, décidée par le régime Kabila pour tuer à huis clos, à l’abri de l’œil critique de l’opinion publique nationale et internationale, les premières informations qui sont parvenues à TELEMA EKOKI font état d’une adhésion massive des congolais à la marche des chrétiens. S’érigeant en mur infranchissable face aux bourreaux qui veulent confisquer le pouvoir par la force, les congolais ont mélangé les chants religieux à ceux plus politiques, exigeant le départ d’un « président » hors mandat, illégitime et illégal et qui n’a aucune intention d’organiser des élections deux ans après la fin de son dernier mandat.

Tout un appareil militaire a été déployé ce 21 janvier 2018 pour empêcher le peuple congolais de réclamer ses droits et son refus catégorique de vivre dans une immense prison à ciel ouvert.
Malgré l’ordre donné de tirer à balles réelle sur des manifestants pacifiques et désarmés, les congolais ont démontré qu’ils sont de plus en plus nombreux à réclamer le départ d’alias Joseph Kabila, leur bourreau nécrophile qui n’hésite pas à transformer leur pays, béni de Dieu, en un enfer de terreur, massacres, violence, insalubrité, 4.000.000 de déplacés internes, famine et injustice pourvu qu’il se maintienne coûte que coûte au pouvoir, ivre des milliards détournés et de la jouissance d’un pouvoir désormais absolu.

Les congolais ont dit « NON » à alias Joseph Kabila, et ils continueront à résister pacifiquement, chaque fois plus nombreux, sans jamais reculer, jusqu’ au départ définitif du despote, dont les mains sont tachées avec le sang de nos martyrs.

Que Dieu bénisse la République Démocratique du Congo,

Fait à Kinshasa, le 22/01/2018

TELEMA EKOKI,
LA VOIX DU PEUPLE CONGOLAIS

 

Publicités

Une réflexion sur « JOSEPH KABILA EST PRÊT A TRANSFORMER LA R.D.CONGO EN UN ABATTOIR, POURVU QU’IL SE MAINTIENNE AU POUVOIR: PLUS DE 12 MORTS, UNE CENTAINE DE BLESSES, 69 ARRESTATIONS ET 16 BÉBÉS INTOXIQUES AU GAZ LACRYMOGÈNE A LA MATERNITE DES SŒURS DE BINZA, SELON LE BILAN PROVISOIRE DE LA RÉPRESSION VIOLENTE DE LA MARCHE OEUCUMENIQUE, CITOYENNE ET NATIONALE DU 21 JANVIER 2018 »

  1. Nous n’allons pas nous laisser intimidé par la Kabilie. Nous attandons la prochainne. Mais cette fois là, on a été trop gentil envers le pouvoir. Mais cette fois ci, nous attaquerons les dirigents, leurs familles et leurs biens. Advient que pourras. Nous allons voir qui a le plus de millitaire à l’autre et qui a la plus grande force. Nous allons attaqué Kabila et toute sa bande. La patrie ou la mort.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s