A travers une lettre ouverte : « Telema Ekoki » recommande aux évêques la « Théologie de la libération »/ TEMPETE DES TROPIQUES

ENTETE TEMPETE DES TROPIQUES 250116A travers une lettre ouverte : « Telema Ekoki » recommande aux évêques la

« Théologie de la libération »

 DSC09218.JPG

Ce mouvement politico-citoyen a profité de l’Assemblée générale extraordinaire de la CENCO qui se tient à Caritas pour faire entendre sa voix

Une centaine de jeunes membres du mouvement politico-citoyen « Telema Ekoki » étaient en sit-in, hier mercredi 22 novembre, devant le siège de la Caritas. C’était à l’occasion de l’ouverture de l’Assemblée Générale Extraordinaire des Évêques de la CENCO. Ils ont profité de cette circonstance pour adresser une lettre ouverte aux évêques catholiques, à qui ils demandent d’appliquer, désormais, une « Théologie de la libération » en faveur du peuple congolais.

Dans le préambule de cette correspondance, ces jeunes appellent les évêques à regarder ensemble les grandes failles, défaillances et blocages caractérisant le leadership ainsi que la gouvernance du pouvoir actuel, et exigent le départ du chef de l’Etat. « Dans votre vision prophétique, vous savez que ce pays possède un destin politique plus grand que les basses ambitions de ceux qui veulent le prendre en otage », lit-on.

Vu l’impossibilité affichée par la CENI d’organiser les élections à la date fixée par l’accord de la Saint Sylvestre, « Telema Ekoki » estime qu’il s’agit-là d’une preuve de plus que « le président sortant vient de prouver à la face du monde que non seulement il n’est pas capable de conduire ce grand pays vers une issue démocratique pacifique, mais aussi qu’ il n’est pas crédible quant à l’organisation des élections libres et démocratiques ».

Ce mouvement politico-citoyen reconnaît que la CENCO avait, pour le besoin supérieur de la nation, accepté la lourde tâche d’assumer les bons offices d’une médiation qui devait conduire le peuple congolais vers la paix et la prospérité. « Mais les espoirs des Congolais ont, encore une fois de plus, été trahis par le système décadent de Joseph Kabila dont le seul objectif est de se pérenniser au pouvoir ». Pour cette structure qui compte des milliers de jeunes, « Nous payons des taxes mais les services publics sont presque inexistants.

Dans un espace de corruption généralisée, nul n’ose dénoncer la médiocrité de la performance du gouvernement du fait que, dans ce système, tout le monde est clochardisé et mendie des grâces et faveurs d’une seule personne… », pense-t-on. Ils demandent ainsi aux Évêques et aux abbés de l’Église de « ne pas choisir le  silence, en tolérant un pouvoir illégitime, en laissant perpétuer un régime  qui inflige au Congo de s’enfoncer chaque jour un peu plus  dans la honte, le ridicule et la misère ! ».

 Et de rappeler, « chers pères les Évêques, vous savez qu’en plus du Kasaï, les fosses communes de Maluku, non loin de Kinshasa, sont demeurées un scandaleux mystère non élucidé. Le Congo a été transformé en un grand cimetière durant les 17 dernières années, avec des millions des Congolais qui ont perdu gratuitement leurs vies. Des bons dirigeants ne traitent pas la vie humaine sans honneur ni dignité ».

Une situation économique « catastrophique »

Pour ce mouvement, la situation économique de la RDC est, quant à elle, « catastrophique ». « N’est-ce pas étonnant que le nouveau premier ministre, à peine installé, commence déjà à mendier de l’argent en Occident pour faire fonctionner son administration ?», se demande-t-on.

Le Franc Congolais n’arrête pas sa chute libre. Entre 2009 et 2017, l’argent a perdu 300% de sa valeur. Et ce régime se vante d’avoir équilibré le système économique. Pas d’économie de production et de distribution saine capable d’assurer le respect de la nation congolaise dans le concert des nations.

Alors que la Gécamines a atteint un record historique de plus d’un million de tonnes de production de cuivre, sa contribution au budget national est estimée a plus ou moins 3%, contrairement à 70% vers les années 1980 quand elle ne produisait que moins de 500 mille tonnes par an. « Le rapport du Centre Carter nous en dit plus avec plus de 750 millions de dollars US disparus dans le vide, sans que personne ne soit inquiété ». Telema Ekoki demande, donc, aux évêques d’être auprès et à côté du peuple congolais face aux épreuves tragiques qu’il endure, pour qu’il puisse encore reconstituer son capital d’espoir et de dignité dans un meilleur délai.

Décrispation politique : un engagement non respecté

 « L’accroissement du nombre de prisonniers politiques est la preuve tangible de l’instrumentalisation de la justice à des fins de répression politique », à en croire ces jeunes qui rappellent que la CENCO a accepté d’assumer la charge de promouvoir la libération des prisonniers emblématiques, comme Eugène Diomi Ndongala, Jean-Claude Muyambo et tant d’autres, mais malgré la signature d’un accord politique le 31/12/2016 et son chapitre 5 dédié à la décrispation politique, cet engagement n’a jamais été respecté: les prisonniers politiques croupissent encore en prison.

Telema Ekoki conclut en disant que l’Etat congolais ne pourra pas continuer indéfiniment à être la risée des nations. Et si la vie du Congolais est sans valeur à l’intérieur du Congo, à cause de la brutalité du régime actuel, ou si le Congolais est traité sans dignité ni honneur à l’étranger, c’est à cause de du manque d’amour pour le pays et de respect pour son peuple, de la part de ses actuels dirigeants.

« Voilà pourquoi Telema Ekoki, en tant que voix des opprimés, vous demande, chers pères, d’appeler les chrétiens à se mettre debout comme une seul homme, pour combattre les antivaleurs,  car la faim qu’on impose à ce peuple, l’arbitraire, l’injustice ou le terrorisme d’état, sont des antivaleurs contraires au respect de la dignité humaine que vous prêchez chaque jour dans nos paroisses.

Telema Ekoki vous exhorte à ouvrir ensemble, un nouveau chapitre de la théologie de la libération, aidant le peuple congolais à écrire enfin son histoire en lettres de noblesse ».

Par LM

http://www.latempete.info/a-travers-une-lettre-ouverte-telema-ekoki-recommande-aux-eveques-la-theologie-de-la-liberation/

Publicités

Enjeux de l’heure : « Telema Ekoki » sollicite de la Cénco l’application d’une « théologie de la libération »/ COURRIER DE KINSHASA

COURRIER DE KINSHASA 231117 1 ERE PAGE

Mercredi 22 Novembre 2017

Le mouvement politico-citoyen demande aux évêques d’appeler les chrétiens à se mettre debout comme un seul homme, pour combattre les antivaleurs. Il les exhorte à « ouvrir ensemble, un nouveau chapitre de la théologie de la libération, aidant le peuple congolais à écrire enfin son histoire en lettres de noblesse ».

 

Le mouvement « Telema Ekoki » a organisé, le 22 novembre, un sit-in devant le siège de la Caritas, à Gombe. Ses membres ont profité de l’ouverture de l’assemblée générale extraordinaire de la Commission épiscopale nationale du Congo (Cénco) pour adresser une lettre ouverte aux évêques catholiques à qui ils demandent l’application d’une « théologie de la libération » en faveur du peuple congolais.

Les évêques ont été invités à regarder ensemble les grandes failles, défaillances et blocages caractérisant le leadership et la gouvernance du pouvoir actuel. Il leur a été exigé de travailler pour le départ du chef de l’Etat. « Dans votre vision prophétique, vous savez que ce pays possède un destin politique plus grand que les basses ambitions de ceux qui veulent le prendre en otage », ont-ils rappelé aux prélats catholiques.

Pour « Telema Ekoki », l’impossibilité affichée par la Commission électorale nationale indépendante (Céni) d’organiser les élections à la date fixée par l’Accord de la Saint-Sylvestre constitue une preuve de plus que « le président sortant vient de prouver à la face du monde que non seulement il n’est pas capable de conduire ce grand pays vers une issue démocratique pacifique, mais aussi qu’il n’est pas crédible quant à l’organisation des élections libres et démocratiques ».

Les espoirs des Congolais trahis

Ce mouvement politico-citoyen a, par ailleurs, reconnu que la Cénco avait, dans l’intérêt supérieur de la nation, accepté la lourde tâche d’assumer les bons offices pour le dialogue qui devait conduire le peuple congolais vers la paix et la prospérité. Mais, note ce mouvement, les espoirs des Congolais ont, encore une fois de plus, été trahis par le système décadent dont le seul objectif est de se pérenniser au pouvoir. « Toutes les institutions sont prises en otage par un seul homme  qui contrôle l’ensemble des ressources du pays. Nous payons des taxes mais les services publics sont presqu’inexistants. Dans un espace de corruption généralisée, nul n’ose dénoncer la médiocrité de la performance du gouvernement du fait que, dans ce système, tout le monde est clochardisé et mendie des grâces et faveurs d’un chef de l’Etat illégitime… », se convainc cette structure qui compte des milliers de jeunes.

Face à ce tableau, ces jeunes attendent des évêques et des abbés de l’Église catholique de « ne pas choisir le silence, en tolérant un pouvoir illégitime, en laissant perpétuer un régime prédateur qui inflige au Congo de s’enfoncer chaque jour un peu plus dans la honte, le ridicule et la misère ! ». «  Chers pères les Évêques, vous savez qu’en plus du Kasaï, les fosses communes de Maluku, non loin de Kinshasa, sont demeurées un scandaleux mystère non élucidé. Le Congo a été transformé en un grand cimetière durant les dix-sept dernières années, avec des millions des Congolais qui ont perdu gratuitement leurs vies. Des bons dirigeants ne traitent pas la vie humaine sans honneur ni dignité », ont-ils rappelé.

Notant également une situation économique « catastrophique » ainsi que la corruption généralisée, Telema Ekoki demande aux évêques d’être auprès et à côté du peuple congolais face à toutes ces épreuves tragiques qu’il endure, pour qu’il puisse encore reconstituer son capital d’espoir et de dignité dans un meilleur délai.

Des engagements non respectés

Le mouvement a également relevé l’accroissement du nombre de prisonniers politiques. Pour Telema Ekoki, en effet, cela serait la preuve tangible de l’instrumentalisation de la justice à des fins de répression politique. Rappelant à la Cénco que malgré l’acceptation de la libération des prisonniers emblématiques, comme Eugène Diomi Ndongala, Jean-Claude Muyambo et tant d’autres, pour décrisper la situation politique tel que convenu dans l’Accord du 31 décembre 2016, cet engagement ainsi que d’autres contenus dans ce pacte n’ont jamais été respectés. Les prisonniers politiques, précise cette organisation, croupissent encore en prison.

« Telema Ekoki » conclut que l’Etat congolais ne pourra pas continuer indéfiniment à être la risée des nations. « Si la vie du Congolais est sans valeur à l’intérieur du Congo, à cause de la brutalité du régime actuel, si le Congolais est traité sans dignité ni honneur à l’étranger, c’est à cause du manque d’amour pour le pays et de respect pour leur peuple, de la part de ses actuels dirigeants », a appuyé l’organisation. Aussi demande-t-elle aux évêques, en tant que voix des opprimés, d’appeler les chrétiens à se mettre debout comme une seul homme, pour combattre les antivaleurs. Car, a souligné le mouvement, la faim qu’on impose à ce peuple, l’arbitraire, l’injustice ou le terrorisme d’Etat sont des antivaleurs contraires au respect de la dignité humaine que les hommes de Dieu prêchent chaque jour dans leurs paroisses. « Telema Ekoki vous exhorte à ouvrir ensemble, un nouveau chapitre de la théologie de la libération, aidant le peuple congolais à écrire enfin son histoire en lettres de noblesse », a insisté ce mouvement dans sa lettre ouverte.

Lucien Dianzenza
Légendes et crédits photo : Photo: des jeunes du mouvement Telema Ekoki, devant le siège de Caritas Congo.
COURRIER DE KINSHASA 231117COURRIER DE KINSHASA 231117 2