COMMUNIQUE DE TELEMA EKOKI DU 06/11/2017 – La police vient d’arrêter des jeunes activistes pro-démocratie de TELEMA EKOKI à Masina-Pascal et elle vient d’en brutaliser d’autres qui revendiquaient leur droit de voir « un nouveau président maintenant » à la tête de la RDC, comme il est prévu par la Constitution actuellement  en vigueur en RDC

 

arrestations TE

COMMUNIQUE DE TELEMA EKOKI DU 06/11/2017

La police vient d’arrêter des jeunes activistes pro-démocratie de TELEMA EKOKI à Masina-Pascal et elle vient d’en brutaliser d’autres qui revendiquaient leur droit de voir « un nouveau président maintenant » à la tête de la RDC, comme il est prévu par la Constitution actuellement  en vigueur en RDC

Un groupe de 20 jeunes activistes pro-démocratie militant dans le mouvement politico-citoyen TELEMA EKOKI,a été victimes d’une  violente et  injustifiée rafle de la part de la police, au niveau du Quartier 2, à Pascal, Masina, ce matin vers 12h00,  alors qu’ils chantaient  pacifiquement des chansons demandant le « respect de la Constitution » actuellement en vigueur en RDC, ainsi que le slogan de la dernière campagne citoyenne lancée par  TELEMA EKOKI, « Je veux un nouveau président maintenant !« .

Parmi les jeunes activistes de TELEMA EKOKI, trois ont été brutalement arrêtés et conduits vers une destination inconnue:

il s’agit de:

  • Germain Londi,
  • David Kisuyi
  • Zina Ngoma, 
  • d’autres activistes  ont été bastonnés, sans raison, par la police et ainsi dispersés.

Il sied de rappeler que ces arrestations ont lieu le lendemain de la publication par la Commission Électorale Nationale « Indépendante », CENI en sigle, d’un calendrier électoral renvoyant l’élection présidentielle à décembre 2018, tout en conditionnant la tenue du scrutin à des nombreuses contraintes qui rendent ce calendrier très aléatoire, alors que la Constitution de la RDC interdit à M. Joseph Kabila de briguer un autre mandat, tout en  prévoyant la tenue de l’élection présidentielle en novembre 2016.

Des réactions spontanées de la population ont été enregistrées un peu partout dans la ville de Kinshasa, en signe de contestation d’un énième renvoi de la tenue de l’élection présidentielle aux « calendes grecques« .

La coordination de TELEMA EKOKI exige la libération immédiate des jeunes activistes pro-démocratie brutalement enlevés et conduit dans un lieu de détention secret, alors qu’ils ne faisaient qu’exercer leur droit le plus légitime à la libre expression, protégé par la Constitution actuellement en vigueur en RDC.

KABILA DOIT PARTIR!

Nikki Malanda,

Chargée de la Communication internet,

TELEMA EKOKI

061117 KIN

 

 

Publicités

« Telema Ekoki » mobilise contre le calendrier électoral et exige le départ de Kabila « maintenant » /MEDIACONGO.NET

« Telema Ekoki » mobilise contre le calendrier électoral et exige le départ de Kabila « maintenant »

-

Le mouvement politico-citoyen « Telema Ekoki » appelle à la mobilisation générale contre le calendrier électoral publié dimanche 5 novembre par Corneille Nangaa, président de la CENI, exige le départ du président Joseph Kabila « maintenant ».

« Cet appel de Telema Ekoki est un cri de cœur et de raison adressé a tout le peuple congolais, de tout âge et de tous bords, pour faire échec aux dernières tentatives d’un dictateur essoufflé voulant se maintenir au pouvoir en dehors des délais constitutionnels », lit-on au premier paragraphe de la déclaration de cette structure que coordonne Cédric Mudiantu, datée du 6 novembre courant.

Il rappelle que « le président Etienne Tshisekedi avait déjà infligé un carton rouge à Kabila, auquel les Évêques de la Cenco avait ajouté un préavis d’une année pour lui permettre de faire ses valises et se retirer… ».

Telema Ekoki pense qu’en annonçant l’élection présidentielle pour 2019, Corneille Nangaa vient, non seulement d’opérer un coup d’état constitutionnel, mais aussi de prendre la grave responsabilité de révéler à l’opinion nationale et internationale que le président de la République veut à tout prix se maintenir au pouvoir, »contrairement à la volonté du peuple qui exige son départ maintenant ou au plus tard le 31 décembre 2017″.

Cependant, l’opinion publique voudrait savoir pourquoi on est passé de 504 à 395 jours ? Qu’est ce qui a changé ? « Cela démontre que les chiffres sont lancés par hasard sans aucune crédibilité, juste pour distraire les gens. Telema Ekoki ne croit pas en ce calendrier ».

A en croire ce mouvement politico-citoyen, « les Congolais ont besoin de reconquérir leur souveraineté nationale pour briser les cercles vicieux de la chosification, de la misère et de l’ignorance : nous comprenons que Kabila fait partie du problème et ne pourra jamais promouvoir la vrai indépendance du Congo. Au contraire il est aveuglé par ses intérêts égoïstes et ceux de ses partenaires qui l’assistent dans le pillage des ressources du Congo. C’est pourquoi Telema Ekoki lance encore une fois cet appel à la mobilisation générale afin de montrer à Monsieur Kabila la voie de sortie ».

Ne croyant pas aux élections organisées par l’actuelle Ceni, cette structure rappelle « les mécanismes de tricheries mis en place lors des élections de 2006 et de 2011… ».
« Peut-on prendre au sérieux la proclamation d’un calendrier électoral basé sur des chiffres non crédibles, tantôt c’est 504 jours, tantôt c’est 395 jours ? », se demande-t-il.

Pour Telema Ekoki, le coût d’opportunité de garder Joseph Kabila au pouvoir après le 31 décembre est simplement inestimable et très lourd à porter par un peuple qui a trop souffert sous son régime.

« Nous voulons le départ de Kabila maintenant », conclut Telema Ekoki qui lance un cri de cœur pour une mobilisation générale de tous les Congolais.


MCN Team / mediacongo.net

Appel à la Mobilisation Générale des Congolais après la publication du Calendrier électoral: TELEMA EKOKI EXIGE LE DEPART DE M. KABILA MAINTENANT

LOGO TELEMA

Appel à la Mobilisation Générale des Congolais après la publication du calendrier électoral :

TELEMA EKOKI EXIGE LE DEPART DE M. KABILA MAINTENANT

 Cet appel de TELEMA EKOKI est un cri de cœur et de raison adressé a tout le peuple congolais, de tout âge et de tous bords—toutes religions et toutes ethnies confondues—, pour faire échec aux dernières tentatives d’un dictateur essoufflé voulant se maintenir au pouvoir en dehors des délais constitutionnels.

Le président Etienne Tshisekedi avait déjà infligé un carton rouge à M. Kabila, auquel les Évêques de la CENCO avait ajouté un préavis d’une année pour lui permettre de faire ses valises et se retirer avant que la colère du peuple ne se déferle sur lui et tous ses collaborateurs.

Butés au manque de volonté politique de Monsieur Kabila, couplé de la dégradation de la situation globale du pays, les Évêques ont estimé, en juin dernier, que l’unique feuille de route, la seule qui puisse sortir le pays de l’impasse, c’est celle conforme à l’Article 64 de la Constitution. « Le pays va très mal. Debout Congolais. Décembre 2017 approche ».

Faisant écho à ce message, TELEMA EKOKI lance un appel vibrant à tous les congolais, de l’intérieur comme de l’extérieur, de se mobiliser comme un seule homme pour une sainte croisade consistant à chasser M. Kabila du pouvoir maintenant.

En annonçant le calendrier électoral pour 2019, M. Kabila, par la voix de son thuriféraire Corneille Nangaa, non seulement vient d’opérer un coup d’état constitutionnel mais aussi de prendre la grave responsabilité de révéler à l’opinion nationale et internationale, qu’il veut à tout prix se maintenir au pouvoir contrairement a la volonté du peuple qui exige son départ maintenant ou au plus tard le 31, Décembre 17.

Cependant, l’opinion publique voudrait savoir pourquoi on est passé de 504 à 395 jours ? Qu’est ce qui a changé ? Cela démontre que les chiffres sont lancés par hasard sans aucune crédibilité, juste pour distraire les gens. TELEMA EKOKI ne croit pas en ce calendrier, publié sous le haut patronage de celui-là même qui pendant plus de seize ans s’est servi du mensonge, de la ruse et de la manipulation comme méthode de gouvernance.

Le problème de la R.D.Congo est bel et bien identifié : il s’appelle par son nom, Joseph KABILA et n’a rien à affaire avec les élections qui sont utilisées comme un alibi pour se maintenir au pouvoir.

Les Congolais ont besoin de reconquérir leur souveraineté nationale pour briser les cercles vicieux de la chosification, de la misère et de l’ignorance : nous comprenons que Kabila fait partie du problème et ne pourra jamais promouvoir la vrai indépendance du Congo. Au contraire il est aveuglé par ses intérêts égoïstes et ceux de ses partenaires qui l’assistent dans le pillage des ressources du Congo. C’est pourquoi TELEMA EKOKI lance encore une fois cet appel à la mobilisation générale afin de montrer à Monsieur Kabila la voie de sortie.

Prenant le monde et la nation a témoin, TELEMA EKOKI déclare qu’il n y a aucune crédibilité dans les élections organisées par Monsieur Kabila, car il n’en a ni la volonté, ni les capacités. L’Histoire retient les mécanismes de tricheries mis en place par Monsieur Kabila lors des élections de 2006 et de 2011 qui ont permis de le faire « élire » et « réélire » président de la République Démocratique du Congo. Elle retient également, au niveau du Parlement, la révision constitutionnelle orchestrée par M. Kabila— usant de la corruption au parlement et au sénat– ayant abouti à la réduction à un seul tour de l’élection du président de la République.

L’Histoire retient aussi, au niveau des Cours et Tribunaux, que l’élite judiciaire – celle de la Cour constitutionnelle notamment – s’est également et servilement mise au service du même piètre Joseph Kabila et rend des jugements politiquement orientés qui obstruent l’espace démocratique.

Peut-on prendre au sérieux la proclamation d’un calendrier électoral basé sur des chiffres non crédibles, tantôt c’est 504 jours, tantôt c’est 395 jours ?  

Comment peut-on croire en une Commission Électorale nationale dite « Indépendante » qui répond au doigt et à l’œil un Dictateur ? Son seul objectif, manipulant la CENI, étant de s’accrocher au pouvoir par tous les moyens, y compris la tricherie, le mensonge et la violence.

Non Chers Compatriotes, TELEMA EKOKI vous exhorte à ne plus laisser Kabila vous humilier, vous chosifier, car un jour de plus au pouvoir en R.D. Congo, ce sont des milliers des femmes qui sont violés, se sont des jeunes congolais qui sont exposés comme chaires à canon, ce sont des milliers des congolais qui errent dans la nature fuyant pour leurs vies, ce sont des enfants innocents qui n’ont pas droit au manger, qui n’ont pas droit à l’éducation ; ce sont des jeunes diplômés qui sont au chômage sans espoir d’un lendemain meilleur. Le coût d’opportunité de garder Monsieur Kabila au pouvoir après le 31 décembre est simplement inestimable et très lourd à porter par un peuple qui a trop souvent sous son régime.

Nous voulons le départ de Kabila maintenant. Nous l’avons criée lors d’un point de presse organisé le 04 Octobre 2017.  La réponse de Corneille Nangaa, par une formule provocatrice, nous est aujourd’hui donnée : attendez 395 jours utopiques. C’est pourquoi TELEMA EKOKI lance un cri de cœur pour une mobilisation générale de tous les Congolais afin d’obtenir le départ de Kabila du pouvoir maintenant.

Peuple Congolais, n’écoute pas les sirènes qui te conduiront à ta ruine définitive : tu dois te réapproprier, les mains nues face aux kalachnikovs, ta nouvelle souveraineté. TELEMA EKOKI vous invite de vous mobiliser et adhérer massive a ses actions dans le cadre de la campagne « KABILA doit partir maintenant ».

VIVE LE PEUPLE CONGOLAIS,

VIVE LA MOBILISATION, LA MOBILISATION et LA MOBILISATION,

VIVE TELEMA EKOKI                                                                                     

LOGO TELEMA