TELEMA EKOKI ECRIT A L’AMBASSADEUR DES USA EN R.D.CONGO / Anglais et Français

kretz avec telema

Une Délégation de Telema Ekoki avec Mme Loraine Kretz, chargée des DH à l’Ambassade des Usa en RDC

logo telema

Kinshasa, 14/08/2017

Ambassador Dennis Hankins

310 Avenue des Aviateurs
Kinshasa, Gombe

Dear Mr. Ambassador,

We are writing as concerned citizens on behalf of our citizen movement – TELEMA EKOKI. We appreciate your administration efforts to promote democracy and good governance in the Democratic Republic of Congo (DRC) by continuing to urge President Kabila to hold elections before December 2017 and in strict respect of the December 31, 2016 agreement. We also take this opportunity to let you know that we fully understand that Kabila has stated that he would not hand the power peacefully and has managed to infiltrate and weaken the opposition. In the absence of a credible opposition to lead the people in this crusade for liberty, the youth has agreed to unite all its energy through TELEMA EKOKI. TELEMA and the youth behind it will need your support and guidance to lead and build a new DRC that we all can be proud of.

We would like to take this opportunity to share some observations on the current situation. As you may be aware, last year the current President of the DRC, Joseph Kabila, failed to step down from office on December 20. Thus, Kabila remains in power despite having reached the end of his constitutionally mandated two terms in office, not to mention a further five years beginning in 2001 when he essentially inherited the office upon the assassination of his father.

During the years immediately prior to the end of his term, Kabila attempted to legislatively amend the constitution to extend his term in office and consistently declined to schedule or permit any preparations for elections, claiming that conditions in the country did not allow this. In plain terms, Kabila did not and does not want to transfer power peacefully. This tactic allowed Kabila, in the absence of elections and a successor, at the end of his term to remain in office continuing an unfortunate tradition in the politics of the DRC; that there has been no peaceful transfer of executive power since the country’s independence from Belgium in 1960.

When Kabila failed to leave office and after protests throughout the country which were often broken up by the security forces with no small loss of life, an agreement, brokered by the Catholic bishops consortium of the DRC, was reached on December 31, 2016. Basically this agreement provided a voice for the opposition within the government. Other provisions were made for elections to be held and Kabila to step down before the end of 2017 with the exact timing and schedule yet to be determined. Thus, Kabila in essence bullied his way to an additional year in power. Further notwithstanding the December 31, 2016 agreement Kabila has continued to manipulate events to perpetrate his reign. In support of this viewpoint we would like to cite the following facts. Although a member of the opposition, Mr. Bruno Tshibala, has assumed office as prime minister early this year, Kabila has since demonstrated he is not committed to the agreement. It is a play for time and another continuation of Kabila’s delaying tactics which gives him room to take advantage of any other excuses or opportunities to further prolong his power. Indeed, his subsequent actions and statements seem to indicate that Kabila will simply ignore the agreement and continue his de facto presidency.

Observing these events unfolding at close quarters over the last year and a half has served to sharpen the fears we have about the future of our homeland. As many, including TELEMA, have long felt, Kabila’s attempts to amend the constitution to seek further re-electiom and then ignore the constitutional term limits, reveals his administration is nothing more than another dictatorship clothed in the trappings of democracy. This outcome corrupts the idea of democracy as a basis for the future governance of the DRC. The long run consequences of this situation will likely be disastrous. In a country whose borders were determined by colonial powers without reference to tribal, ethnic or cultural differences which continue to exist to this day, it is easy to forecast another descent into chaos if your government decide to watch and do nothing.

In this regard, recent events suggest that such may already be happening and at Kabila’s behest as he continues to seek suppress opposition in disregard of the human rights of his victims. For example, in the Kasai provinces nearly 4,000 have been killed over a ten-month period from August 2016 through June of this year with over a million refugees fleeing the violence. The UN Joint Human Rights Office has identified 80 mass graves in the region and suggested that elements of the Congolese army were responsible. Human rights activist like Floribert Chebeya have been killed and his killers have been highly rewarded. Also, two UN experts, one of them an American, were killed in Kasai in March while investigating violations of an existing arms embargo in the area. In addition, many members of the opposition, including Eugene Diomi Ndongala and Jean Claude Muyambo to name but two of the most prominent, have been detained for years and subjected to physical and psychological abuse in essence for the crime of opposing Kabila’s will. We ask your administration to mount pressure on Kabila to free these innocent people.

Beyond the authoritarian political practices, another “tradition” which afflicts the DRC is that the country is operated by the executive and the ruling elite as “kleptocracy”; enriching them at the expense of the country as a whole. Thus, endemic corruption infects almost every aspect of public life in the DRC. Reports detailing this activity focusing on the enrichment of Kabila, his family and his circle are legion. However, these reports tend to over look one facet of this activity. That is that much of the DRC’s wealth in terms of mineral rights and concessions has and is being sold to China in exchange for development assistance. This assistance most often takes the form of infrastructure projects, particularly projects which are in aide of the Chinese extraction of wealth from the DRC. I believe that this is a trend which negatively impacts the peaceful security of the world.

To date the United States’ response to this situation has been to sanction a limited number of officials within the Kabila administration. More details concerning these matters are provided in a letter to President Obama from the chairman and ranking minority members of the House Committee on Foreign Affairs and the relevant subcommittee. All of these members were re-elected and occupy the same leadership posts in the current Congress. I assume that their views about the situation in the DRC in general and Kabila in particular, remain the same.

Events have gone beyond the situation described in the House letter, but we would submit that the basic underlying conditions – abuse of power for personal gain – remain the same. At this point we believe that increasing economic pressure from the outside and particularly from the United States, in addition to reinforcing a movement like TELEMA, which has a vision and a plan for the Democratic Republic of Congo and for the interests of our partners like the USA, is needed. To be effective we submit that the sanctions list in the House letter should be expanded to include members of Kabila’s family and Kabila himself. We believe that at this junction nurturing the Congolese youth is the most important investment that can be bequeath to the country and its people. Therefore, TELEMA stand ready to work with you on any project concerning youth mobilization and empowerment.

We know that you must receive hundreds of letters such as this from all over the DRC and that your time is limited. Nonetheless, we beg not only a response but we hope that you will get involved and help the Congo youth break the vicious circle of poor governance and lack of leadership. We truly believe that you will give us the opportunity to win your trust and to show that another Congo is possible and that if the Congolese youth stands, the whole country and its population will stand.

Sincerely,

For Telema Ekoki,

Cedric Mudiantu,

Coordination

************************************************************

Kinshasa, 14/08/2017

A SEM Dennis Hankins,
Ambassadeur des USA,

310 Avenue des Aviateurs
Kinshasa, Gombe

Excellence M. l’Ambassadeur,

Nous avons l’honneur de vous adresser la présente au nom du mouvement citoyen «  TELEMA EKOKI ». Nous sommes très sensibles aux efforts de l’administration américaine voués à la promotion de la Démocratie et la bonne gouvernance en République Démocratique du Congo, afin de faire les pressions nécessaires sur le Président Kabila pour qu’il organise les élections présidentielle et législatives avant Décembre 2017, dans le respect strict de l’Accord politique du 31/12/2016.

Nous profitons de l’occasion que nous est offerte pour vous informer que nous sommes convaincus que M. Kabila ne veut pas céder pacifiquement le pouvoir et il fait tous pour affaiblir et déboucher l’opposition politique. Vu l’absence sur terrain d’une opposition capable de se charger de la tache de la libération du peuple congolais de la confiscation du pouvoir, la jeunesse engagée de la RDC a décidé d’unir toute ses énergies, à travers TELEMA EKOKI. Notre mouvement et la jeunesse qui le le suit ont besoin de votre soutien et conseil afin de reconstruire une nouvelle RDC dont elle pourra être fière.

Nous profitons de l’occasion que nous est offerte pour partager a avec vous des analyses sur la situation générale du pays.

Comme vous savez, l’année passée le président sortant de la RDC, M. Joseph Kabila, a refusé de rendre au peuple son mandat arrivé à expiration le 20/12/2016.
De cette manière, Kabila est resté au pouvoir malgré l’interdiction constitutionnelle de briguer un troisième mandat, sans oublier le 5 ans de pouvoir hors mandat, depuis 2001, assumés à titre d’ »héritage» à la suite de l’assassinat de son prétendu père.
Au cours des dernières années, M. Kapila a essayé de modifier la Constitution afin de continuer à rester au pouvoir, prétextant que la RDC ne pouvait pas se permettre des nouvelles élections, telles qu’elles étaient constitutionnellement programmées.
Ce stratagème a permis à Kabila de confisquer le pouvoir sans l’organisation d’élections, ce qui ne fait que donner de l’élan à une triste « tradition » en RDC, celle d’une nation privée d’ alternance politique pacifique depuis 1960.

A la suite de protestations massives qui ont suivit le maintien de facto au pouvoir de M. Kabila, avec des nombreuses pertes en vies humaines à cause de la répression de l’armée et des services de sécurité, un accord politique a été obtenu en Décembre 2016, entre l’opposition, la société civile et la majorité au pouvoir, sous la houlette de la Cenco et de l’Eglise Catholique au Congo.

Cet accord prévoit essentiellement une présence de l’opposition dans le gouvernement. Un autre élément important de l’accord est celui de la tenue des élections avant décembre 2017, même si un calendrier exact des élections n’était pas établi. De cette manière, Kapila obtenu de rester encore une année au pouvoir.
Contournant l’Accord du 31/12/2016, M. Kabila a continué à manipuler la situation pour rester encore au pouvoir. La preuve de cette analyse nous pouvons citer les faits suivants: même si un membre débouché de l’opposition, M. Bruno Tshibala, a été nommé premier ministre, il n est pas issu de l’Accord du 31/12/2016, ni de sa stricte application. Il joue un jeu pour gagner du temps, en poursuivant aveuglement la tactique de M. Kabila pour s’accrocher au pouvoir, celui-ci l’ayant nommé afin d’exploiter n’importe quelle justification hasardeuse pour confisquer le pouvoir. En toute objectivité, ces actions et ses prises de positions indiquent clairement que M. Kabila ignore l’Accord Politique de la Saint – Sylvestre et s’accroche au pouvoir, continuant allégrement son mandat présidentiel « de facto » et sans contre-pouvoirs..

Après avoir assisté à ces graves événements pendant plus d’une année et demi, nous sommes arrivés à la conclusion que le futur de notre pays est en danger.

Beaucoup de congolais, inclus les membres de TELEMA, sont préoccupé par la tentative de M. Kabila de modifier la Constitution , afin de tailler un nouveau mandat sur mesure, au delà des limites constitutionnels, car cela ne serait rien d’autre qu’une dictature cachée sous les apparences d’une démocratie de façade.

Ce projet scélérat ne ferait que corrompre les principes démocratiques , hypothéquant à jamais la bonne gouvernance de la RDC. Les conséquences, à long terme, de cette situation seraient désastreuses pour le pays. Dans un pays où les frontières ont été dessinées par les colonisateurs , sans références aux paramètres tribaux, ethniques ou bien culturels, il sied de craindre une descente du pays vers le chaos généralisé, si le gouvernement de ce pays décide de continuer à regarder, sans rien faire, face à l’implosion annoncée du pays.

A ce propos, les récents graves événements qui ont lieu en RDC, prouvent que cela pourrait déjà se concrétiser, à tout avantage de M. Kabila, qui continue à vouloir réprimer l’opposition politique, en violation des droits humains, civils et politiques de ses victimes. Par exemple, dans la seule province du Kasaï, environ 4000 civils ont été tués au cours des derniers 10 mois, à partir d u mois Août 2016 jusqu’au mois de Juin 2017, avec plus d’un million de déplacés internes fuyant les violences.

Le Bureau conjoint des Nations Unies a identifié 80 fosses communes in cette zone du pays, tout en estimant que l’armée en était, dans la majorité des cas, la responsable.

Les défenseurs des droits de l’homme, comme Floribert Chebeya, ont été tués et ses assassins ont été protégés en haut lieu. Également, deux experts des Nations Unies, dont un citoyen américain, ont été atrocement massacrés au Kasai, alors qu’ils investiguaient sur les violations de l’embargo sur la circulation des armes dans le grand Kasaï.
De plus, beaucoup de leaders de l’opposition, comme Eugène Diomi Ndongala et J. Claude Muyambo, pour ne pas citer qu’eux parmi les plus emblématiques, ont été arrêtés et détenus pendant des années, à cause de leurs opinions politiques, instrumentalisant la justice, et soumis à des traitement inhumains et dégradants, pendant des années, pour le crime de s’être opposés à la politique de M. Kabila. A cet effet, nous demandons à votre Administration d’augmenter sa pression sur M. Kabila afin que ces prisonniers politiques victimes de montages grossiers soient libérés.

Au delà de ces méthodes politiques répressives et autoritaires, une autre caractéristique du régime Kabila est celle d’avoir une élite « Kleptocrathique» au pouvoir, qui s’enrichi aux frais du contribuable congolais.

En effet, la corruption endémique touche l’ensemble de l’administration publique en RDC. Des rapports très documentés décrivant l’enrichissement éhontée de M. Kabila, de sa famille élargie ainsi que ses proches sont nombreux. Mais ces rapports ne donnent qu’un aperçu partiel du détournement des fonds publics et des abus de fonction. Ces détournements ne sont que la pointe de l’iceberg en terme de manque à gagner, pour la RDC, à la suite de contrats léonins signés dans le secteur minier, comme ceux signés avec la Chine,dans le secteur, prétextant en échange une assistance au développement.. En réalité, cette aide au développement prend souvent la forme d’infrastructures utilisées pour l’extraction des minerais que les mêmes chinois exploitent en RDC.

Nous estimons que cette gestion criminelle de l’état constitue une menace aussi bien pour la paix que la sécurité mondiales.

Jusqu’aujourd’hui, la réponse des Etats-Unis a cette grave situation a consisté à imposer des sanctions contre des officiels de l’administration de M. Kabila.
Cela a été très bien relaté dans une lettre envoyée au Président Obama par le président et d’ autres membres du Comité pour les Affaires Étrangers du Congres ainsi que les membres de son sous-comité.
Tous ces députés ont été re-élus et ils occupent les même fonctions dans le Congres actuel des USA. Nous pensons que leur vision sur la situation politique de la RDC et sur M. Kabila ne s’est pas améliorée.

Même si l’évolution négative de la situation en RDC est allée bien au-delà de celle décrite dans le rapport destiné à la maison blanche, néanmoins les tares y décrites – abus de pouvoir pour un gain personnel – sont demeurées les mêmes.

A ce stade, nous croyons qu’un pression économique accrue de la communauté internationale et particulièrement des Etats-Unis, en plus de l’attention réservée à des mouvement citoyens comme TELEMA, ayant une vision et une programme pour la République Démocratique du Congo, soient nécessaires et dans l’intérêt de nos partenaires comme les Etats-Unis.

Dans cette optique, la liste des personnalités sanctionnées devrait être élargie jusqu’à inclure la famille de M. Kabila et m; Kabila lui-même. Nous croyons qu’en ce moment cruciale pour la RDC, un investissement sur la Jeunesse congolaise serait le plus important au bénéfice du peuple congolais tout entier.
Dans cette optique, TELEMA est prête à travailler avec vous pour tout projet concernant la mobilisation et l’engagement actif de la jeunesse .

Nous sommes conscients que vous recevez nombreuses lettres similaires et que votre temps est précieux. Néanmoins, nous vous prions pas seulement de bien vouloir nous réserver une réponse mais aussi d’aider la jeunesse de la RDC à échapper aux conséquences néfastes du cercle vicieux de la mauvaise gouvernance et du manque de leadership visonnaire.

Nous croyons de pouvoir espérer d’obtenir la chance de gagner votre confiance et de vous prouver qu’un autre Congo est possible, si seulement si les jeunes de la RDC se tiendront debout , suivis par l’ensemble de sa population.

Respectueusement,

Cedric Mudiantu,

Coordination de Telema

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s