CONSTITUTION DE « TELEMA EKOKI » – POINT DE PRESSE DU 28/07/2017

« Décidons de ce fait de créer une plateforme politico-citoyenne, dénommée TELEMA EKOKI pour identifier, conscientiser et ambitionner un leadership politique de rupture, avec des jeunes totalement dévoués, désintéressés et intègres, capables de porter la noble mission de transformation économique et sociale de la RDC, en étant eux-mêmes à la fois les exemples et les modèles d’abnégation, de droiture, de compétence et de patriotisme dont notre société a tant besoin … »

Publicités

bloggif_597b7c5a6d757.gif

 

CONSTITUTION D’UN MOUVEMENT POLITICO-CITOYEN :

« TELEMA EKOKI »

Mesdames et Messieurs,

Chers compatriotes,

  1. Après trente-deux ans de dictature sanguinaire sous le régime de Mobutu, le peuple congolais est toujours paupérisé, humilié et damné sur la terre de ses ancêtres. Il sent continuellement dans sa chair les vestiges d’une gouvernance chaotique tant sur les plan politique, économique que social. Des générations entières des jeunes sont délibérément sacrifiées et utilisées comme marchepieds pour des politiciens qui n’ont aucun projet pour le Congo et le peuple congolais.

  1. L’ Alliance des Forces Démocratique pour la Libération du Congo (ADFL) que le peuple congolais croyait être le mouvement de libération qui allait mettre fin à ce chaos en instaurant la démocratie avait plutôt des agendas cachés qui n’avaient rien du bien-être du peuple congolais. L’espoir placé en elle pour bâtir un Congo fort et prospère au cœur de l’Afrique s’est vite envolé avec le déclenchement d’une nouvelle guerre à l’Est du pays juste une année après.

  1. Entre 2001 et 2003, l’histoire dénote les aspirations du peuple congolais à se doter des institutions fortes et légitimes à même d’enclencher un processus de développement avec l’obtention du pacte républicain de Sun City, consécutif aux rivières de sang versé suite aux guerres instigatrices et factices de la partition du pays.

  1. Ce pacte, avec son compromis politique de 2003, a conduit au contrat social qui nous gouverne, la constitution du 18 février 2006. L’esprit et la lettre de cette constitution ont consacré définitivement la fin du pouvoir autocratique éternel et sa prise par la force. Les élections de 2006 et 2011 ont permis aux congolais de « voter » mais pas d ‘élire  leurs dirigeants.

  1. Curieusement, en lieu et place d’un véritable avancement du processus de démocratisation,  l’élection présidentielle subira une atteinte substantielle grâce à la manipulation des prétendus « élus », lesquelles passeront de deux tours en 2006 à un seul en 2011, faisant du Président de la République le Représentant d’une minorité de la population. D’ autres stratagèmes seront par la suite apprêtés pour saboter les élections présidentielles et législatives prévues en 2016.

  1. Cette négation grave du sens de notre histoire est une insulte inadmissible à la mémoire des victimes congolaises qu’est la jeunesse congolaise tombée pour l’instauration de la démocratie durant les troubles des années 90, pendant les multiples guerres précédant la signature de l’accord de Sun City, les massacres des manifestants civils au mois de janvier 2015 et en septembre 2016.

  1. Les institutions politiques, pourtant issues des élections, ont démontré l’intention de torpiller notre contrat social par une loi électorale subordonnant l’enrôlement des électeurs au recensement des citoyens congolais. D’ autre part, la cour constitutionnelle, qui est la dernière instance judiciaire en matière de droit, est devenue une caisse de résonance du Président de la République, avec des arrêts rendus au-delà de sa mission, prouvant ainsi son incapacité à dire le droit d’un manière independante.

  1. Dépourvue de ses deux ceintures de sécurité, la constitution ne compte, en dernier recours pour sa protection, que sur la mobilisation de la jeunesse conformément à l’article 64 et qui ne peut se faire que par la constitution d’un grand mouvement permettant de fédérer toutes les énergies vives de notre nation et plus particulièrement les énergies de la jeunesse congolaise qui a été et reste le porteur incontesté de la flamme de la démocratie en République Démocratique du Congo.

CONSTITUTION DU MOUVEMENT POLITICO-CITOYEN  « TELEMA EKOKI »

  1. Considérant que plus de cinquante-sept ans après son accession à l’indépendance, la République Démocratique du Congo, notre pays, se trouve dans une situation d’impasse politique, économique et sociale et, en conséquence, classé comme le pays le plus pauvre de la planète ;

  2. Considérant qu’à l’heure actuelle tous les indicateurs économique, social et humain pointent au rouge et laissent croire que notre pays poursuit inexorablement une trajectoire d’insécurité, de pauvreté et de misère, d’oppression, d’aliénation et de violation manifeste des libertés individuelles et des droits humains dans un environnement institutionnel orchestré par ceux qui sont considérés comme les garants de l’intégrité territoriale et de la souveraineté nationale ;

  3. Considérant que la mauvaise gouvernance, le dysfonctionnement et la désintégration des structures institutionnelles de l’Etat continuent de faire obstacle au développement intégral et à la modernisation de ce grand, riche et beau pays au cœur de l’Afrique ;

  1. Considérant que les échecs de différents régimes politiques et gouvernements qui se sont succédé ont eu comme conséquences la destruction, l’humiliation et la chosification de l’homme congolais ;

  1. Considérant que les Partis et Organisations politiques, en dépit de leur existence en surnombre, sont loin d’œuvrer pour l’éclosion du nationalisme congolais, pour l’émancipation politique du peuple et pour l’éclosion de la citoyenneté de participation démocratique ;

  1. Considérant par ailleurs, que beaucoup de  dirigeants politiques ont déserté tous les chantiers sociaux au profit de l’enrichissement personnel, comme en témoigne un déficit de conscience nationale, justifiant le désespoir du peuple et sa soif pour une nouvelle génération de politiciens capables d’être de porteurs d’un changement démocratique et qualitatif au niveau des hommes, des institutions et de la gouvernance ;

  1. Considérant que si le problème de leadership au sommet de l’Etat est résolu de manière durable, les ressources humaines et naturelles de la RD Congo devraient incontestablement lui permettre de s’élever au rang des pays les plus prospères de la planète ;

  1. Considérant que, de ce fait, le Congolais doit redevenir l’artisan incontournable de son bien-être politique et le défenseur jaloux du patrimoine national par l’usage judicieux de tous ses droits tels que repris dans la constitution ;

  1. Considérant, de surcroît, que l’intégrité territoriale, la souveraineté nationale, ainsi que la démocratie sont en danger ;

  1. Que malgré de nombreux accords de paix, les conflits armés et l’insécurité continuent d’être alimentés par des convoitises régionales et internationales amplement documentées ;

  1. Etant donné que le Congolais doit se mettre debout (TELEMA EKOKI) et s’engager pour son avenir ;

  1. Considérant qu’il est impératif de rétablir la paix en reconnaissant la diversité de nos origines comme une force, en renonçant à toute conquête du pouvoir politique par des armes, à tout exercice dudit pouvoir par la force, et, ce faisant, à l’institutionnalisation des milices privées visant à perpétuer des conflits armés ;

  1. Considérant, en outre, que le malheur de notre peuple est imputable à l’irresponsabilité, l’incompétence et l’amateurisme de la classe dirigeante qui se distingue par le manque de patriotisme et de vision ; l’absence d’un leadership éclairé, discipliné et intègre, la mauvaise gouvernance économique et politique, ainsi que l’entretien d’un environnement socio-politique d’oppression ;

  1. Que l’émergence d’un État de droit et d’une société démocratique est incompatible avec l’institutionnalisation de la corruption, de l’impunité, de l’injustice, du non-respect des engagements et des lois, de l’improvisation, du tribalisme, du régionalisme, et de tant d’autres antivaleurs ayant conduit à la faillite de l’Etat et à la rupture totale avec les valeurs républicaines ;

  1. Qu’en effet, tous les jeunes mobilisés au sein de TELEMA EKOKI sont aussi la voix des sans-voix et les défenseurs des millions de femmes violées, des citoyens congolais condamnés à l’errance puisque délogés de leurs terres et fuyant leurs villages ensanglantés par des envahisseurs et agresseurs alimentés par des guerres de rente ; des leaders politiques torturés, muselés et détenus illégalement en prison puisqu ’ils ont osé prendre position pour un peuple chosifié et humilié dans ses droits les plus fondamentaux. C’est notamment le cas  des honorables EUGENE DIOMI NDONGALA, Franck DIONGO et  MUYAMBO: des symboles vivant de la résistance à l’oppression.

  1. Considérant qu’un projet qui regroupe les jeunes de tous bords, venant des villes et des campagnes, vivant sur le territoire national ou à l’étranger, qui pensent qu’il est temps de mettre en place une alternative politique crédible, doit être ouvert à tous les Jeunes congolaises et congolais désireux de contribuer au développement durable du pays ;

  1. Persuadés qu’un tel engagement de la jeunesse congolaise rassemblée permet finalement de :

  1. Répondre aux attentes du peuple congolais qui ne croit plus en la classe politique actuelle ;

  1. Concevoir et mettre en place un projet politique innovant, à travers un grand mouvement, composé de mouvements citoyens, d’organisations de la société civile, de partis politiques et de personnalités indépendantes ;

  1. Placer l’action politique sous les signes de l’éthique, de l’intégrité, du service et de la compétence ;

  1. Consolider l’Etat de droit et garantir le respect de la loi par tous les citoyens, y compris les élites dirigeantes, en assurant l’Egalité de tous devant la justice ;

  1. Promouvoir la reconstruction de notre socle de valeurs, pour mieux vivre ensemble ;

  1. Placer la bonne gouvernance et l’obligation de rendre compte au cœur de la gestion publique ;

  1. Réhabiliter l’administration publique et garantir la fourniture de biens et services publics de qualité aux citoyens et usagers, quels que soient leur niveau de vie, leur condition sociale et leur localité de résidence ;

  1. Entreprendre des reformes de première et seconde générations indispensables à une véritable émergence économique, sociale et culturelle de notre pays ;

  1. Assurer la gestion équilibrée et la préservation de nos multiples ressources naturelles ;

  1. Lutter contre la pauvreté sur toutes ses formes par la promotion d’un secteur privé fort et dynamique ;

  1. Restructurer l’économie congolaise par la relance de tous les secteurs de production, en réservant une place de choix a l’entreprenariat féminin et à l’emploi des jeunes ;

  1. Formuler des politiques de développement appropriées à la structure de notre économie et permettant d’assurer de grands équilibres macroéconomiques, la cohérence des stratégies sectorielles, l’amélioration du niveau de vie des populations et le renforcement des capacités du secteur privé national, le seul gage de création de la richesse et le seul moteur d’une croissance équilibrée ;

  2. Susciter un éveil de conscience au sein de la population qui concoure à une dynamique de développement participative, s’appuyant sur l’implication de tout citoyen à contribuer au bien-être de sa communauté par le biais des noyaux sociaux de base et sans attendre comme toujours une main extérieure parfois étrangère aux réalités locales ;

  1. Considérant la place de la RDC en Afrique et dans le monde ;

  2. Persuadés que les jeunes rassemblés au sein de TELEMA EKOKI se doivent d’être exemplaires à tous points de vue et que le projet doit reposer sur les valeurs que sont le dévouement à l’intérêt général, l’ardeur au travail, l’intégrité, la réceptivité aux préoccupations concrètes des congolais, la transparence dans les actions et l’obligation de rendre compte ;

  3. Nous, jeunesse congolaise, refusons solennellement d’être utilisés comme des marches-pieds pour servir des intérêts des politiciens égoïstes et sans projet réel pour note pays ;

Décidons de ce fait de créer une plateforme politico-citoyenne, dénommée TELEMA EKOKI pour identifier, conscientiser et ambitionner un leadership politique de rupture, avec des jeunes totalement dévoués, désintéressés et intègres, capables de porter la noble mission de transformation économique et sociale de la RDC, en étant eux-mêmes à la fois les exemples et les modèles d’abnégation, de droiture, de compétence et de patriotisme dont notre société a tant besoin ;

  1. Notre décision est la conséquence du constat d’une carence d’hommes dotés d’un projet politique couplé d’un sens élevé de responsabilité et d’un amour profond pour la République ;

  1. Notre mission est la construction d’une société profondément reformée, en harmonie avec elle-même et offrant des opportunités d’épanouissement individuel et collectif à tous. Ce rêve doit être porté par une nouvelle race de jeunes congolaises et congolais ayant à cœur le devenir de la République démocratique du Congo et épris des valeurs de liberté, de solidarité et de justice sociale ;

  1. C’est pourquoi nous faisons un appel solennel a tous les jeunes congolaises et congolais de joindre massivement et sans délais le mouvement TELEMA  EKOKI et d’en faire, enfin, le dernier chantier pour la refondation de notre patrie et de consacrer la rupture longtemps attendue par tout notre peuple ;

  1. La rupture, dans le contexte de TELEMA EKOKI, est en effet cette prise de conscience que le peuple congolais doit désormais se prendre en charge dans l’esprit de l’article 64 de la constitution et conformément à l’esprit de la lettre de la CENCO : « LE CONGO VA TRES MAL—DEBOUT CONGOLAIS » face à une majorité politique irresponsable et au comportement mercenaire ;

  1. C’est pourquoi nous devons enfin accomplir notre émancipation politique, en nous engageant à libérer tout notre peuple de l’état permanent d’esclavage, de la pauvreté, de la privation et de la discrimination tribale car le temps est venu de panser nos blessures, l’heure de la réjouissance a sonné et l’heure de la construction est arrivée ;

  1. Prenant Dieu et toute la nation à témoin, nous nous engageons à construire une paix réelle et durable pour tous, nous allons insuffler l’espoir dans les cœurs des millions de nos compatriotes congolais partout où ils se trouvent et nous allons travailler dur pour créer la justice distributive. C’est au prix de grands efforts et sacrifices que nous décidons de donner à notre nation le précieux cadeau de notre prise de conscience : LA LIBERATION ;

  1. Enfin, pour la toute la jeunesse que nous représentons sans distinction aucune, TELEMA EKOKI est un nouvel ordre politico-citoyen dont l’unique but est de libérer le pays de l’Etat d’occupation et lui permettre de se construire et se projeter vers un avenir meilleur.

Que vive la jeunesse consciente ;

Que vive le nouvel ordre politico-citoyen « TELEMA EKOKI»

Que vive la RDC.

Fait à Kinshasa, le 28/07/2017,

Cedric Mudiantu,

Porte-Parole

TELEMA EKOKI LOGO

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s